Sur la caméra de bord d’un drone(acheter un drone sur meilleurdrone.com) se raccorde un émetteur dont le but est de transmettre chaque image instantanément vers un récepteur à proximité du pilote. Ce dernier peut alors visionner les images reçues via un petit écran, ce qui convient très bien pour mieux piloter l’appareil dans les airs. Il est possible également de la projeter dans des lunettes d’immersion (des lunettes identiques aux lunettes virtuelles pour Home Cinéma). Grâce à celles-ci, on peut piloter l’engin comme si on était à bord.

Avec ce mode de pilotage, on se sent comme un vrai pilote, car on profite d’une vue aérienne inédite ainsi que d’un contrôle plus réaliste du déplacement du drone. On a souvent du mal à s’adapter durant les premiers essais, mais on s’y habitue très vite.

Les amateurs de vols en immersion (First Person View) choisissent souvent de faire du low-riding. Le principe de ce dernier est de voler très bas, mais plus vite afin d’avoir un effet de vitesse impressionnant. Entre plusieurs pilotes de drone, on organise souvent des courses, appelées FPV racing, qui consistent à voler sur un parcours prédéfini et qui comporte beaucoup d’obstacles.

Avant de se lancer dans les vols en immersion, il est essentiel d’avoir une maîtrise totale de l’appareil. Aussi, il faut disposer d’un équipement vidéo de haute qualité afin d’avoir des images de haute qualité. Certainement, à l’intérieur des lunettes, le champ de vision est bien moins inférieur que dans la réalité. Enfin, la prudence doit toujours être de mise, c’est pourquoi on doit se faire assister par une personne capable d’anticiper le moindre danger.