Les avis sur la mise en place d’un Internet à deux vitesses divergent. Mais, le suspens ne durera plus très longtemps, car la Commission fédérale des communications FCC fera connaître en février sa position finale sur le sujet. L’équivalent de l’Arcep français va-t-il calmer le jeu ?

L’Internet à plusieurs vitesses, un sujet qui concerne les initiés autant que les utilisateurs particuliers

La question de neutralité du Net suscite déjà les réactions houleuses depuis qu’elle a été mise sur la table. Toutefois, aux Etats-Unis, la situation se corse après les aveux de la FFC ou Commission fédérale de communications, qui souhaite mettre en place un Internet à deux vitesses. Une déclaration qui a de quoi secouer encore plus les différents partis, au point d’avoir créé un nombre record de commentaires sur le site officiel de la commission. S’en sont suivis une multiplication des appels au Congrès et une divulgation des projets de la FCC à l’espace public. En effet, tous sont concernés par le sujet, les initiés autant que les particuliers. Par ailleurs, un Internet à deux vitesses équivaut alors à une vitesse pour une catégorie de portefeuille. Dans le cas présent, un Internet rapide pour les nantis et un Internet moins rapide pour les portefeuilles moins garnis.

Que va décider la FCC sur la mise en œuvre d’un Internet à deux vitesses ?

La FCC est prévue exprimer en février sa position finale sur la question de l’Internet à plusieurs vitesses. Un vote est en effet prévu pour ce mois, effectué par les cinq commissaires de la FCC. Et comme il concerne tout le monde, le Président américain lui-même a fini par se positionner sur le sujet. Ce dernier s’est avéré opposé à l’idée même d’un Internet à plusieurs vitesses, un concept qui ne plaît pas non plus à de nombreuses sociétés américaines. Ses déclarations auront-elles un effet sur le vote attendu ? Dans l’affaire, tout est du ressort de la Commission fédérale des communications, qui jouit d’une totale indépendance.